Jessica Roland : miser sur les synergies

17 mai 2021
Jessica Roland : miser sur les synergies

Jessica Roland (HEC Montréal 2002) a d’abord été attirée par HEC Montréal parce que le domaine de la gestion l’intéressait, mais en plus de cet intérêt pour le monde des affaires, c’était également la 1re université qui intégrait l’ordinateur portatif comme outil de travail quotidien des étudiants. Depuis, la diplômée du B.A.A. spécialisée en gestion des opérations et de la logistique a fait beaucoup de chemin.

En effet, cette femme de tête et de cœur qui a commencé sa carrière comme analyste en gestion de la chaîne d’approvisionnement dans le milieu pharmaceutique s’est ensuite jointe à l’équipe de la gouvernance des données de CN. Elle a ensuite occupé le poste de directrice de la chaîne d’approvisionnement pour The Green Organic Dutchman, une entreprise spécialisée dans la production de cannabis certifié biologique de qualité supérieure. Elle est maintenant conseillère principale en gouvernance des données chez Desjardins depuis quelques mois.

Avide de toujours élargir ses horizons, cette communicatrice hors pair s’investit aussi à fond depuis novembre 2019 dans son balado* qui présente des parcours singuliers et universels de femmes inspirantes.

Un emploi dès sa sortie de l’École

C’est grâce à un bottin regroupant tous les étudiants en gestion des opérations et de la logistique, envoyé à plusieurs entreprises par HEC Montréal, qu’elle a obtenu un emploi dans le domaine pharmaceutique, dès la fin de ses études à l’École : « C’était quasiment le jackpot. Je sors de l’école, j’ai un emploi rémunéré quand même à un haut niveau de salaire pour l’époque, avec tous les avantages sociaux. Je n’étais pas dans une situation aisée, c’était vraiment bénéfique pour moi. Ç’a vraiment beaucoup joué dans ma vie professionnelle. »

Un autre élément qui l’a beaucoup aidée dans sa carrière, c’est l’ouverture au monde que lui a procuré son passage à l’École : « Quand j’étais au cégep, j’étais dans un milieu très anglophone, très diverse. Et quand je suis arrivée à HEC Montréal, il y avait beaucoup de gens qui venaient des régions, que je n’avais pas tant côtoyés auparavant.

Ça m’a donné une autre ouverture sur le monde, en plus du fait que j’ai eu la chance de faire un échange étudiant en Europe. »

C’est d’ailleurs grâce à une bourse de l’École qu’elle a pu effectuer cet échange étudiant et ainsi visiter différents pays. Cette expérience ayant assurément enrichi son parcours, elle n’a pas hésité à redonner à HEC Montréal : « Je n’aurais absolument pas pu faire cet échange sans la bourse. Si je peux donner la chance à d’autres d’aller explorer et expérimenter autre chose, c’est une raison importante pour moi de participer et de contribuer. »

Donner pour créer des synergies

Elle soutient plus particulièrement le projet du nouvel édifice au centre-ville pour les possibilités de synergies qu’il permettra : « Le projet centre-ville est une belle occasion pour HEC Montréal et pour les autres universités de collaborer. Ça apporte une richesse au niveau de l’attractivité de Montréal, mais aussi entre les différentes universités. C’est une plus-value de voir comment on peut créer des synergies pour que Montréal demeure un pôle universitaire important. »

Ces synergies interuniversitaires lui tiennent vraiment à cœur : « Si j’avais des moyens illimités, je développerais un programme d’études multi ou bi universitaire qui combinerait gestion, sciences politiques et communication. Tous les pays sont en train de se positionner, et c’est important que ça ne soit pas juste pour servir les besoins économiques. Les universités servent aussi la société, et il y a des synergies à créer entre elles, pour qu’on avance en tant qu’humains. »

On comprend maintenant pourquoi elle a été particulièrement intéressée par ses cours de macroéconomie et de microéconomie lors de ses études à HEC Montréal : « Je suis en effet passionnée par les interrelations entre les différentes réalités économiques. Ça a semé une graine de savoir quel est l’impact des différentes décisions économiques sur les entreprises, sur la société en général, c’est quelque chose qui me fascine. » Dans le contexte actuel de pandémie, fait est à noter que cet intérêt est loin de diminuer…

* L’empreinte uqamienne 

Faire un don